Dans une conférence de presse tenue jeudi matin, 25 août, Sahar Francis, la directrice exécutive d'Addameer, a confirmé que Bilal Kayed a mis fin à sa grève de la faim après 71 jours à la suite de la conclusion d’un accord avec l’administration pénitentiaire des occupants israéliens selon lequel il sera libéré en décembre 2016, sans que sa détention administrative ne soit renouvelée.

Dans la conférence de presse à laquelle se sont joints, le frère de Kayed, Mahmoud Kayed, de même que le président du Comité sur les Affaires des Prisonniers, Issa Qaraqe, et Osama al-Saadi de la Liste Unie, Francis a remarqué que les responsables des services de sécurité de l’occupant  avaient auparavant déclaré qu’ils exigeaient que Kayed soit déporté en Jordanie pendant quatre ans et noté leur intention de le garder en détention administrative pendant des années. Fayed est dans l’unité de soins intensifs à l’Hôpital Barzilaï, où il a été amené le 19 août alors qu’il refusait de prendre du sucre ou de la vitrine B1. Il souffre  de troubles de la vue, de problèmes respiratoires, et de douleurs intenses partout sur le corps . Il sera soigné jusqu’à ce que son état général s’améliore nettement  et qu’il ait recouvre la santé.

Samidoun, Réseau de Solidarité avec les Prisonniers Palestiniens, salue Bilal Kayed pour  sa victoire et pour sa réussite dans la défense des droits des Palestiniens devant les tentatives constantes des occupants israéliens d'accroître, d’agrandir et d'intensifier l’étendue de l’emprisonnement des dirigeants et des combattants palestiniens. Nous adressons nos plus vives félicitations à Bilal, à sa famille combattante qui a été à l’avant-garde de la campagne pour le soutenir, à ses avocats et défenseurs de l’Association Addameer (= Conscience) de Soutien aux Prisonniers et des Droits de l’Homme et à ses camarades prisonniers palestiniens qui se sont engagés dans une série de grèves de la faim collectives à l’intérieur des prisons israéliennes. Les camarades prisonniers de Kayed du Front Populaire de Libération de la Palestine ont été soumis à l'isolement, (en visant entre autres les dirigeants Ahmad Sa'adat, Ahed Abu Ghoulmeh, Wael Jaghoub et Kamil Abu Hanish), à des amendes quotidiennes exorbitantes, au harcèlement  et aux agressions, et à l’interdiction des visites de leur famille ou de leur avocat. Nous saluons les Palestiniens de toute la Palestine occupée et en exil, y compris ceux des camps de réfugiés du Liban, qui, à maintes reprises, sont descendus dans les rues et se sont mobilisés pour soutenir la bataille de Kayed pour la liberté, en se confrontant directement  à l’occupant ainsi qu’aux institutions internationales et aux états qui ont refusé de prendre position pour la justice envers les prisonniers palestiniens.

En outre, Samidoun salue tous les militants, organisations et mouvements au niveau international qui se sont rassemblés pour être aux côtés de Bilal Kayed et du peuple palestinien dans cette bataille pour la liberté. Des efforts remarquables du mouvement irlandais  pour la  libération de Bilal Kayed, aux actions continues et constantes à New York et à Berlin, à la remise à Naples de la citoyenneté d'honneur à Bilal, aux organisateurs du Mouvement noir de libération  qui ont exprimé leur solidarité, aux organisateurs des Etats-Unis, du Canada, du Mexique, du Venezuela, du Brésil, de l’Equateur, de Turquie, du RU, d’Irlande, d’Ecosse, de France, de Belgique, des Pays-Bas, d'Allemagne, de Suisse, d’Italie, d'Espagne, de Grèce, du Portugal, d’Islande, de République Tchèque, de Finlande, d’Autriche, de Norvège, de Suède, du Danemark, d’Afrique du Sud, de Jordanie, du Liban, de Tunisie, d’Algérie, du Maroc, de Bahrein et d’ailleurs qui se sont mobilisés pour soutenir Bilal Kayed, mobilisation internationale qui s’est intensifiée pour atteindre de nouveaux sommets en soutien aux prisonniers palestiniens dans cette bataille.

Nous insistons sur l’importance de la mobilisation et de l'action ininterrompues pour soutenir les prisonniers palestiniens, en particulier les actuels grévistes de la faim, Mahmoud al-Balboul, en grève depuis le 1er juillet, Mohammed al-Balboul, son frère, en grève depuis le 4 juillet et Ayed al-Herama et Malik al-Qadi, en grève depuis le 14 juillet, protestant tous contre la détention administrative sans inculpation ni jugement - et de la mobilisation pour soutenir l’action de tous les prisonniers palestiniens, luttant pour la libération de l’emprisonnement israélien, et pour la liberté et la libération des Palestiniens dans toute la Palestine.

Samidoun le 25 08 2016