Prisonniers palestiniens  : Netanyahou obligé de céder


Le soutien aux grévistes de la faim a contraint les autorités israéliennes à élargir le droit de visite.Photo : Mohamad Torokman/Reuters
Le soutien aux grévistes de la faim a contraint les autorités israéliennes à élargir le droit de visite.Photo : Mohamad Torokman/Reuters

l'Humanité du 29 mai 2017 a consacré plusieurs articles à la situation des prisonniers politiques palestiniens après qu'ils aient cessé leur mouvement de grève de la faim...


Après 41 jours de grève de la faim, les députés palestiniens ont obtenu satisfaction pour une grande partie de leurs revendications. Recette du succès : détermination politique, unité et solidarité internationale.

C’est un jour qui restera dans l’histoire de la lutte du peuple palestinien. Il est possible de faire reculer Israël. Après 41 jours de grève de la faim, les prisonniers ont obtenu satisfaction pour 80 % de leurs revendications. Celles-ci, pourtant basiques, comme pouvoir prendre une photo avec leur famille une fois par an ou voir leurs proches deux fois par mois, témoignent de l’enfer que sont les prisons israéliennes. L’administration pénitentiaire est là pour briser les individus, annihiler tout esprit de résistance. Les milliers de prisonniers palestiniens, toutes tendances politiques confondues, se sont rangés derrière Marwan Barghouti, maintenant sans aucun doute possible fi gure reconnue et incontestée de l’ensemble des Palestiniens. La « grève de la liberté et de la dignité » a vaincu, grâce à une détermination politique sans faille, l’unité des Palestiniens et un mouvement de solidarité internationale. 

Lire la suite : 

Comment le prisonnier palestinien a vaincu son geôlier

PIERRE BARBANCEY
LUNDI, 29 MAI, 2017
L'HUMANITÉ

http://www.humanite.fr/comment-le-prisonnier-palestinien-vaincu-son-geolier-636653